Pain OGM ?

Le 13 mars 2017
CP du collectif des Faucheuses et Faucheurs Volontaires d’OGM

jacquet

Dimanche 12 mars 2017, des Faucheuses et Faucheurs volontaires ont implanté une banderole à proximité du site de production des pains « Jacquet » à Saint-Beauzire (63) et visible de l’autoroute A89/A71.

Sur cette banderole on peut lire :          « Jacquet / Limagrain       Pain OGM ? »

Pourquoi interpeller Jacquet ?

 Limagrain, quatrième semencier mondial, est le leader européen en farines fonctionnelles et le premier boulanger-pâtissier industriel français.

Cette « coopérative » est connue du grand public au travers de marques telles que Clause, Vilmorin, Brossard et…..Jacquet

Actuellement, en partenariat avec l’INRA dans le cadre du projet « GENIUS », Limagrain, via sa filiale Biogemma, travaille dans ses laboratoires à des méthodes d’insertion ciblée de gènes (transgénèse) sur différents végétaux dont le blé.

Limagrain est à la pointe de la recherche sur le blé OGM en France et est aussi engagé en partenariat avec d’autres firmes dans le monde entier sur des recherches et des essais en champ notamment en Australie et en Argentine.

Limagrain crée de nouvelles variétés à partir des plantes existantes et de leurs ressources génétiques grâce à des modèles informatiques, à la combinaison du génotypage et du phénotypage (caractérisations) et à la transgénèse, (technique d’introduction d’un ou plusieurs nouveaux gènes dans un organisme).

En posant cette banderole, nous réaffirmons :

PAS D’OGM, NI DANS LES CHAMPS NI DANS LES ASSIETTES….

…..NI DANS LES PAINS

Le collectif des Faucheurs Volontaires d’OGM

La Cour de Justice de l’Union européenne doit réglementer les «OGM cachés»

La Cour de Justice de l’Union européenne doit réglementer les «OGM cachés»

Neuf organisations de la société civile française réclament un moratoire sur la vente et la culture des « OGM cachés » auprès de la Cour de Justice de l’Union européenne. La décision aura une incidence sur la réglementation européenne qui encadrera les OGM issus des nouvelles techniques de manipulation génétique.

Depuis plusieurs années, des « OGM cachés » sont cultivés en Europe…

Lire la suite

Les nouveaux OGM pour les nuls

Les « nouvelles » techniques, à l’instar de la transgenèse, visent à modifier le génome d’organismes vivants. Elles ont toutes en commun d’être mises en œuvre en laboratoire sur des cellules dont on aura « cassé » la paroi pour y faire rentrer du matériel biologique (ADN, protéines…). Autre point commun de toutes ces techniques : elles ne sont pas d’une précision absolue et peuvent avoir des effets sur d’autres portions de l’ADN, donc sur la plante entière.

Lire la suite

Les faucheurs volontaires dénoncent les importations de soja OGM

Les faucheurs dénoncent les importations de soja OGM

Lire la suite

Action Soja OGM dans le port de St Nazaire

“Ce matin, nous avons détruit environ 2000 tonnes de soja OGM argentin à St-Nazaire (valeur marchande environ 1.350.000 € (record pour notre mouvement national des Faucheurs Volontaires).

Nous dédions notre action au 474ème indien Guarani assassiné il y a une semaine en Argentine, pour voler ses terres au profit de ces abominables cultures.

On tue les sud-américains et on empoisonne les européens = le soja et l’argent du soja.”

photo les faucheurs d'ogm au terminal agro-alimentaire ce midi, à l'issue de leur opération. po. f.lb
Communiqué de presse des Faucheurs Volontaires d’OGM
Saint Nazaire, le 3 Juillet 2016
Ce matin, des Faucheurs Volontaires d’OGM venu-e-s de toute la France ont neutralisé un stock important de tourteau de Soja Round Up Ready (OGM / Pesticides) pour le rendre impropre à la consommation animale. La neutralisation s’est effectuée à l’aide d’eau déversée grâce aux lances incendie situées dans le hangar de stockage. Le Soja transgénique était entreposé dans les silos situés sur le port de Saint Nazaire. Cette action a pour objectif de rappeler que les faucheurs volontaires sont opposés aux importations d’OGM.
Le port de Saint Nazaire est le premier port français pour l’importation de matières premières destinées à l’alimentation animale, et le tourteau de Soja est la base de ce trafic. Plus de 1,5 millions de tonnes de soja – en majorité OGM – transite par ce port par an, en provenance quasi-exclusive d’Amérique du Sud. Ce tonnage représente environ 1/3 du Soja OGM importé en France chaque année (4,5 millions de tonnes).
En Amérique du Sud, la monoculture du Soja OGM contribue à la destruction des forêts, à l’expropriation des paysans, à la violation des droits humains, à la mise en danger des travailleurs et des riverains des exploitations par l’usage massif des pesticides. En continuant les importations d’OGM, les entreprises d’alimentation animale et l’état français soutiennent les firmes agrochimiques comme Monsanto contre le bien commun et la souveraineté alimentaire des pays.
Les consommateurs ne savent pas qu’ils mangent des produits issus d’animaux nourris aux OGM. Nous demandons l’étiquetage de tous les produits alimentaires contenant des OGM afin de garantir aux citoyen-ne-s le droit de savoir et de choisir de manger sans OGM. Nous demandons des études indépendantes sur la toxicité des OGM et des pesticides dans l’alimentation, et sur leurs impacts sanitaires et environnementaux. Nous demandons au gouvernement l’application du principe de précaution par l’instauration d’un moratoire sur les importations d’OGM. Des alternatives sont possibles : développement d’une filière soja non OGM, développement des cultures de protéines végétales.
Le collectif des Faucheurs Volontaires continue et continuera ses actions de désobéissance civile non violente pour alerter la société et pour faire cesser les effets désastreux – chez nous, comme en Amérique du Sud – des importations massives de Soja OGM. Ni dans les champs, ni dans les assiettes, les OGM nous n’en voulons pas !
A voir : un reportage FR3

Greenpeace répond à l’appel des prix Nobel pro-OGM

Greenpeace répond à l’appel des prix Nobel pro-OGM

Plus d’une centaine de lauréats avait signé une lettre mercredi pour appeler l’ONG, les gouvernements et l’ONU à reconsidérer les organisme génétiquement modifié, et principalement le riz doré.

La multinationale Monsanto a affirmé jeudi qu'elle ne présenterait plus d'autorisation de culture dans l'Union européenne.

La multinationale Monsanto a affirmé jeudi qu’elle ne présenterait plus d’autorisation de culture dans l’Union européenne. Photo Patrick Hertzog. AFP

«Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre le riz doré en particulier, et contre les cultures et les aliments améliorés […] Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l’humanité ?»

Lire la suite

Greenpeace est-elle vraiment coupable de « crime contre l’humanité » ?

Greenpeace est-elle vraiment coupable de « crime contre l’humanité » ?

Une ferme à Wuhan, dans le centre de la Chine, le 11 juin 2011.

Ces jours-ci, la presse fait des gorges chaudes d’une lettre ouverte lestée d’une autorité écrasante : elle est signée par une centaine de Prix Nobel. Et si elle fait couler tant d’encre, c’est que l’outrance du message qu’elle véhicule est proportionnelle au prestige de ses signataires. Selon eux, l’organisation Greenpeace est, ni plus, ni moins, coupable de « crime contre l’humanité ».

Lire la suite