Bayer: Un tribunal US bloque la commercialisation de l’herbicide dicamba

(source / Reuters 4 JUIN 2020)

Bayer-Monsanto-Web

Bayer: Un tribunal US bloque la commercialisation de l’herbicide dicamba

                     

Le groupe agrochimique allemand Bayer pourrait être empêché de vendre son herbicide dicamba aux États-Unis après le rejet mercredi par une cour d’appel de l’autorisation du régulateur fédéral pour ce produit.

dt.common.streams.StreamServer

(Reuters) – Le groupe agrochimique allemand Bayer pourrait être empêché de vendre son herbicide dicamba aux États-Unis après le rejet mercredi par une cour d’appel de l’autorisation du régulateur fédéral pour ce produit.

La cour d’appel a estimé que l’agence américaine pour la protection de l’environnement (EPA) avait largement sous-estimé les risques liés à l’herbicide et n’avait pas tenu compte d’autres risques associés au produit.

Le tribunal a estimé également que l’EPA avait violé les réglementations fédérales et n’avait jamais déterminé si une prolongation de l’enregistrement de l’herbicide de deux ans supplémentaires pourrait conduire à un monopole ou un quasi-monopole.

Dans un communiqué, Bayer a expliqué que ce jugement porte sur la décision d’homologation de l’EPA de 2018, qui expire en décembre de cette année, et qu’il s’efforce d’obtenir une nouvelle homologation de l’EPA pour l’herbicide pour 2021 et au-delà.

“Sur la base des actions de l’EPA et si la décision est contestée avec succès, nous travaillerons rapidement pour minimiser l’impact sur nos clients cette saison”, a déclaré le groupe allemand.

L’EPA avait imposé des restrictions sur l’usage du dicamba en novembre 2018, craignant des dommages éventuels aux cultures entourant les zones où le produit est appliqué.

En février, Bayer a annoncé faire appel de la décision de justice lui imposant de payer, avec BASF, 265 millions de dollars de dommages-intérêts à un agriculteur du Missouri qui avait attribué au dicamba la destruction de ses pêchers.

 

POUR RAPPEL :

En Europe, le dicamba est autorisé depuis 2008 et 27 pays l’utilisent, dont la France. Toutefois, il est beaucoup moins répandu dans l’hexagone que de l’autre côté de l’Atlantique car la culture des OGM y est interdite.

POISON: Le dicamba est un herbicide à large spectre, comme le glyphosate, et existe depuis longtemps. Mais son utilisation s’est intensifiée depuis que Monsanto, la firme américaine récemment rachetée par Bayer, commercialise des semences de soja et de coton génétiquement modifiées pour y résister. Une aubaine pour certains exploitants au moment où les mauvaises herbes deviennent de plus en plus résistantes à d’autres désherbants. Le problème, c’est que le dicamba se disperse facilement et tue les plantes qui ne sont pas adaptées. Il a ainsi pollué environ 4% des champs de soja aux Etats-Unis en 2017.

 

Lors de l’action des faucheurs contre TRISKALIA                                                                     à Glomel/Bretagne le 27 septembre 2018 de gros stocks de Dicamba                               ont été découverts  sous différents noms!!!!





(source / Zonebourse 4  JUIN 2020)

Bayer : La valeur du jour en Europe BAYER empoisonné par le dicamba

Bayer-Ag-Berlin-Better-Brand-Business-Chemical

Bayer abandonne 2,6% à 63,40 euros pénalisé par une mauvaise nouvelle concernant le dossier dicamba aux Etats-Unis. Une cour d’appel a rejeté l’autorisation du régulateur fédéral pour ce pesticide accusé de contaminer les terres et dévasté les cultures. Selon la justice, l’agence américaine pour la protection de l’environnement (EPA) a notamment largement sous-estimé les risques liés au produit hérité de Monsanto acquis en 2018 pour 63 milliards de dollars, et n’avait pas tenu compte d’autres risques associés au produit.

Dans un communiqué, Bayer a rappelé que ce jugement portait sur la décision d’homologation de l’EPA de 2018, qui expire en décembre de cette année, et qu’il s’efforce d’obtenir une nouvelle homologation de l’EPA pour l’herbicide pour 2021 et au-delà.

Les ennuis continent donc de s’accumuler pour le groupe allemand. En février dernier, un tribunal américain avait condamné Bayer, ainsi que BASF, qui commercialise un autre produit à base de dicamba, à verser une indemnité de 265 millions de dollars à un agriculteur du Missouri, qui accusait dicamba d’avoir détruit ses vergers de pêches.

Le groupe allemand avait alors annoncé son intention de faire appel de la décision de justice.  » Nous estimons que les preuves présentées au cours du procès ont démontré que les produits de Monsanto n’étaient pas responsables des pertes invoquées « , avait assuré le groupe dans un communiqué.

Pour autant, Bayer est loin d’en avoir fini. La société doit encore affronter plus de 140 procès aux Etats-Unis… Sans parler des milliers de plaintes liés au Roundup.

A cet égard cependant, le groupe pourrait connaître une embellie. Fin mai, Bloomberg a révélé que le géant allemand de la chimie avait conclu des accords verbaux avec une grande partie des 125 000 plaignants accusant son désherbant Roundup d’avoir provoqué le cancer. Les accords, qui doivent encore être signés, concerneraient entre 50 et 85 000 plaintes sur un total de 125 000 a précisé l’agence de presse.

Cette dernière rappelle que Bayer a prévu une enveloppe de 10 milliards de dollars pour mettre fin à une bataille juridique longue et couteuse débutée avec le rachat de l’américain Monsanto en 2018.

 

Face au chaos climatique : des OGM ou remettre l’Humain à sa place ?

A la veille de la Cop 21, la société civile vient de lancer un appel pour que les énergies fossiles restent dans les sous-sols [1]. Ainsi, chercheurs et membres d’ONG alertent sur les choix politiques faits ou à faire et leurs conséquences. Pour les signataires, poursuivre l’extraction de ces ressources dans l’état actuel des connaissances scientifiques apparaît comme une attitude criminelle (100 millions de personnes seront victimes du changement climatique dans les prochaines années, estime l’organisation humanitaire DARA [2]). Cet appel soulève la question des responsabilités que doivent porter les auteurs de décisions et d’actes qui ne tiennent pas compte des limites de la Planète et des besoins futurs.

Lire la suite