COMMUNIQUE DE PRESSE CAMPAGNE GLYPHOSATE 46 : RESULTATS & BILAN CAMPAGNE GLYPHOSATE

Campagne Nationale de depistage du Glyphosate dans les urines

Prelevement d’urine lors du depistage du  Glyphosate dans les urines, sous controle d’huissier par les « Pisseuses/pisseurs involontaires de Glyphosates » du 46

 

13 Novembre 2019

COMMUNIQUE DE PRESSE CAMPAGNE GLYPHOSATE 46 :

La Campagne Glyphosate nationale est un très grand succès, de nombreuses étapes ont été réussies, qui contribuent grandement à nous rapprocher de la perspective d’un procès :

– près de 6000 analyses à ce jour

– plus de 5100 plaintes posées ou en cours d’être déposées

– 72 comités locaux répartis dans 68 départements

– une très importante couverture médiatique

– la création d’un groupe pluridisciplinaire pour travailler aux analyses des résultats.

– un effet boule de neige (arrêtés municipaux, analyses de cheveux…)

Tout cela amène à une prise de conscience très large de l’imprégnation permanente et généralisée que nous subissons.

—————————————————————————————————————————————-

image

Le 4ème et dernier prélèvement lotois de GOURDON a eu lieu le 3 octobre avec 44 personnes. 40 vont porter plainte dont deux mineurs.

Tous les tubes prélevés à Gourdon contenaient des traces de glyphosate, comme les presque 6000 prélevés à ce jour dans toute la France.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

RESULTATS & BILAN CAMPAGNE GLYPHOSATE LOT

Les prélèvements sont finis pour le Lot.

Sur 182 prélèvements dans le Lot, 166 portent plainte,

dont 11 enfants.

 

RESULTATS DES QUATRE SEANCES DE PRELEVEMENT

28/03/2019             CAHORS : 0,84  

sur 51 prélèvements dont 4 enfants avec 46 plaintes.

 

17/06/2019               FIGEAC : 1,18

sur 48 prélèvements dont 3 enfants avec 44 plaintes.

 

25/06/2019 MONTVALENT : 1,26

sur 39 prélèvements dont 1 enfants avec 36 plaintes.

 

03/10/2019         GOURDON : 2,14

sur 44 prélèvements dont 3 enfants avec 40 plaintes.

la moyenne Lotoise est de 1,36 ng/ml.

la moyenne nationale est pour l’instant à 1,28 ng/ml.

Tous les tubes du Lot avec plainte contiennent entre 3 fois et 38 fois le taux de référence de glyphosate dans l’eau potable qui   est de 0,1 ng/ml (nanogramme par millilitre) .

Ce qui est une norme arbitraire. Nous pensons qu’un taux de zéro est le seul acceptable, dans l’eau potable comme dans l’organisme humain.

Pour rappel il s’agit de montrer que nous sommes tous « empoisonnés »par le glyphosate et c’est le cas : alimentation, eau, air etc..

 

Les interprétations des taux sont multiples. Les taux élevés ne doivent pas vous inquiéter car ils dépendent du métabolisme de chacun, des périodes d’épandage et de nombreux autres paramètres très difficiles à interpréter à l’heure actuelle.

L’étude épidémiologique donnera certainement quelques pistes.

Nous abordons la deuxième partie :

LE DEPÔT DES PLAINTES AU TRIBUNAL DE CAHORS

Nous attendons les réponses de tous les 166 plaignants lotois afin d’organiser un RDV au TGI de Cahors pour le dépôt des plaintes.

 

Restons unis et mobilisés, car notre combat est loin d’être gagné et nous demandera encore beaucoup d’énergie et de ténacité.

 

 

 

 

La FNSEA aurait-elle trouvé l’antidote universel au glyphosate? Réponse des pisseurs à la FNSEA bretonne

ob_119607_capture-test-glyphosate

Communiqué de presse campagne glyphosate nationale

 

Dans le Morbihan les agriculteurs sont immunisés contre le glypho, vite un brevet !

 

Avis de recherche :

Entre Bretagne et Limousin le glyphosate a disparu

Le 7 novembre 2019

Deux journalistes du Mensuel Le Morbihan affirment avoir fait rechercher le glyphosate dans leurs urines, en suivant un protocole identique à celui de la Campagne Glyphosate (excepté la présence d’un huissier).
Sur la foi de ces 2 journalistes le mensuel du Morbihan fait la une sur «la farce des tests au glyphosate ».

Basée sur de nombreuses publications scientifiques référencées ci-dessous voici la réponse du groupe recherche de la Campagne Glyphosate France :

Le CHU de Limoges a effectué une cinquantaine d’analyses d’urines provenant d’agriculteurs de la FNSEA 1,2,3,4 suivant un protocole inconnu.

Tous les tests se sont révélés négatifs par une méthode de chromatographie liquide couplée à 2 spectrométries de masse en tandem (CL-MS/MS) avec un seuil de détection qui « depuis quelques semaines » serait 8 fois plus performant selon Laure Le Fur qui précise: « Bonne nouvelle… le seuil de détection est passé de 0,4ng/ml à 0,05ng/ml », mais aussi « Le CHU de Limoges a refusé de répondre à nos questions »

Par ailleurs le laboratoire Biocheck utilisant la méthode Elisa a obtenu des tests positifs sur 5761 prélèvements (seulement 8 négatifs) selon un protocole bien établi sous contrôle d’huissier, avec une limite de détection de 0,075 μg/l. Deux valeurs maximales de 7,01 et 4,0 μg/l ont été observées.

Depuis la fin des années 1970 la banque allemande de spécimens environnementaux (ESB) conserve des échantillons humains et environnementaux à très basse température (cryo-conservation) pour des analyses rétrospectives de risques potentiels dus aux polluants.

La contamination au glyphosate étant devenu un problème majeur de société,

l’ESB a réalisé une étude sur les échantillons d’urine de 399 jeunes adultes (20-29 ans) entre les années 2001-2015 5 .
La méthode utilisée est une chromatographie gazeuse couplée à 2 spectrométries de masse en tandem (GC-MS/MS) avec une limite de quantification de 0,1μg/l.

La contamination au glyphosate est révélée dans 31,8% descas avec un pic de 57,5% en 2012. La baisse de la contamination observée de 2013 à 2015 est due, selon les auteurs, à la restriction en Allemagne de l’utilisation du glyphosate comme dessicant en pré-récolte.
La valeur maximale observée est de 2,8μg/l.

En 2013, avec la même méthode GC-MS/MS et une limite de quantification de 0,15μg/l, sur 182 personnes provenant de 18 pays européens, Hoppe 6 décèle 43,9% de positifs. La valeur maximale observée est de 1,82μg/l.

Sur la période 2014-2015, toujours avec la même méthode GC-MS/MS et une limite de quantification de 0,1μg/l, sur 250 enfants de 2 à 6 ans, l’office national de la nature, de l’environnement, de la protection des consommateurs de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie 7 , a décelé 63% de positifs. La valeur maximale observée est de 3,7μg/l.

En 2017, avec la méthode HPLC-MS/MS, et une limite de détection de 0,03 μg/l, Mills 8 , étudie l’évolution du taux de glyphosate entre 1993 et 2016 à partir d’une cohorte de 6629 personnes vivant en Californie. Sur les périodes 1993-1996, 1999-2000, 2001- 2002, 2004-2005, 2014-2016, les taux de positifs sont respectivement 12%, 30%, 43%, 38%, 70%.

En 2018, avec la méthode LC-MS/MS (méthode identique à celle du CHU de Limoges), et une limite de détection de 0,1μg/l, sur 71 femmes enceintes de l’Indiana, Parvez 9 observe 93% de positifs, bien que la limite de détection soit 2 fois supérieure à celle (toute récente) du CHU de Limoges.

De nombreuses autres études se sont intéressées au glyphosate dans les urines humaines pour des populations plus ou moins spécifiques, Conolly (2018,2017), Rendon-von Osten (2017), Knudsen (2017), McGuire (2016), Jayasumana (2015), Krüger (2015, 2014), Markard (2014), Honeycutt (2014), Mesnage (2012), Varona (2009), Curwin (2007), Acquavella (2004)……

Aucune de ces études n’a trouvé un pourcentage de positifs nul.

Alors?

Le syndrome de Tchernobyl se serait-il abattu sur le CHU de Limoges?

La FNSEA aurait-elle trouvé l’antidote universel au glyphosate?

Au vu de ces résultats contradictoires entre le CHU de Limoges et le laboratoire Biocheck, en vertu du principe de précaution, il revient à l’État de prendre ses responsabilités et non aux citoyens de mener des études onéreuses.

1.https://www.agri85.fr/V4/glyphosate-des-taux-indetectables-dans-lorganisme-des-agriculteurs-actualite-numero-3241634.php

2.https://www.reussir.fr/pisseurs-volontaires-le-glyphosate-non-detectable-chez-trois-agriculteurs-du-calvados

3.https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/loire-atlantique-pas-de-glyphosate-dans-l-urine-des-agriculteurs-6568172

4.https://actu.fr/bretagne/plescop_56158/pesticides-fdsea-morbihan-appelle-faire-confiance-agriculteurs_26954946.html

5. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1438463916302024

6. https://www.foeeurope.org/sites/default/files/glyphosate_studyresults_june12.pdf

7. https://www.lanuv.nrw.de/fileadmin/lanuv/gesundheit/pdf/2016/Projektbericht_KiTa-Studie_Modul-2_Endversion_17032016.pdf

8.https://scholar.google.com/scholar_url?url=https://jamanetwork.com/journals/jama/articlepdf/2658306/jama_Mills_2017_ld_170034.pdf&hl=fr&sa=T&oi=ucasa&ct=ufr&ei=SQyrXfrvCsHRsQLT4ZSIBQ&scisig=AAGBfm1lqK4X5bUkB6-mVW8zF8SostukJQ

9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5844093/

 

 

 

RESULTATS DES PISSEURS INVOLONTAIRES DE GLYPHOSATE DU SECTEUR MONTVALENT/MARTEL

Campagne Nationale de depistage du Glyphosate dans les urines

RESULTATS DES PISSEURS INVOLONTAIRES DE GLYPHOSATE DU SECTEUR MONTVALENT/MARTEL

Pour le troisième prélèvement lotois, 39 personnes dont une mineure ont effectués un prélèvement d’urine suivi de plainte à Montvalent le 25 juin 2019 pour y rechercher des traces de glyphosate.

Campagne Nationale de depistage du Glyphosate dans les urines

Les analyses ont été faites par le laboratoire BioCheck GmbH à Leipzig en Allemagne qui a recherché le taux de la molécule Glyphosate .

Tous les tubes prélevés à Montvalent contenaient des traces de glyphosate, comme les 4500 prélevés à ce jour dans toute la France.

Pour mémoire, le taux de référence de glyphosate dans l’eau potable est de 0,1 nanogramme par millilitre (ng/ml), ce qui est une norme arbitraire. Nous pensons qu’un taux de zéro est le seul acceptable, dans l’eau potable comme dans l’organisme humain. En l’occurrence tous les tubes contiennent entre 3 fois et 28 fois ce taux ! La moyenne pour ce prélèvement est de 1,26 ng/ml pour les 36 plaintes et de 1,20 pour les 3 prélèvements sans plainte, alors que la moyenne nationale est pour l’instant à 1,17 ng/ml.

Campagne Nationale de depistage du Glyphosate dans les urinesCampagne Nationale de depistage du Glyphosate dans les urines

Campagne Nationale de depistage du Glyphosate dans les urines

Une personne répond au questionnaire lors du dépistage du Glyphosate dans les urines, sous contrôle d’huissier par les « Pisseurs de Glyphosate » du 46

Pour rappel il s’agit de montrer que nous sommes tous « empoisonnés » par le glyphosate et c’est le cas : alimentation, eau, air etc..

Les interprétations des taux sont multiples. Les taux élevés ne doivent pas vous inquiéter car ils dépendent du métabolisme de chacun et de nombreux autres paramètres très difficiles à interpréter à l’heure actuelle.

Campagne Nationale de depistage du Glyphosate dans les urines

Par l’association Campagne Glyphosate 46  (crédit photos Patrick ALLARD)




PISTES D’INTERPRETATION DU TAUX DE GLYPHOSATE DANS LES URINES …                        ci-joint lien article de la Nouvelle République/Centre Presse , Publié
le 08/07/2019 concernant l’interprétation du taux de glyphosate dans les
urines par un pharmacien biologiste au CHU de Poitiers

CAMPAGNE GLYPHOSATE … Figeac, les urines de l’Arrosoir ont parlées !!

les résultats des 48 « urines glyphosatées » du lundi 17  juin sont arrivés rapidement …IMG_3403

Les résultats Figeacois du lundi 17 Juin sont arrivés, ils seront expédiés cette semaine par courrier.

Pas de surprise, évidemment nous sommes tous empoisonnés et nous nous retrouverons après les vacances devant le Tribunal de Grande Instance de Cahors pour y déposer les plaintes.

1/ Nous avons eu 44 prélèvements suivis de plainte :

moyenne générale : 1,29 ng/ml de glyphosate

soit 13 fois plus que la limite maximale de 0,1 ng/ml admissible dans l’eau potable

Taux le plus haut : 3,53 ng/ml

soit 35 fois plus que la limite maximale de 0,1 ng/ml admissible dans l’eau potable

Taux le plus bas : 0,51 ng/ml

soit 5 fois plus que la limite maximale de 0,1 ng/ml admissible dans l’eau potable 

2/ Nous avons eu 4 prélèvements sans plainte :

moyenne générale : 1,36 ng/ml de glyphosate

soit presque 14 fois plus que la limite maximale de 0,1 ng/ml admissible dans l’eau potable 

Taux le plus haut : 2,28 ng/ml

soit 23 fois plus que la limite maximale de 0,1 ng/ml admissible dans l’eau potable

Taux le plus bas : 0,82 ng/ml

soit 8 fois plus que la limite maximale de 0,1 ng/ml admissible dans l’eau potable





Mardi 25 juin nous serons à Montvalent (près de Martel) pour le 3ème prélèvement d’une quarantaine de personnes

Une quatrième et dernière séance de prélèvements aura lieu pour Gourdon à la rentrée de septembre.

 

 

pour nous joindre :

Campagne glyphosate 46 – Les Souleyries , 46100 Fourmagnac
(Siège social : Maison Paysanne , Place de la halle, 46320 Assier)
glypho46@riseup.net           https://www.facebook.com/glypho46/
Fond de soutien pour le LOT (merci de diffuser ce lien):
https://www.helloasso.com/associations/campagne-glyphosate-46/collectes/j-ai-des-pesticides-dans-mes-urines-et-vous-2glypho46@riseup.net

Atelier déco fête des faucheurs / Ami bois samedi 16 et dimanche 17 mars

Dans le cadre de la fête des faucheurs, axée cette année sur la thématique de la forêt, nous organisons un atelier « déco » à l’Ami-bois, atelier partagé situé lieu dit Clavel à Caniac du Causse (route de Caniac à Quissac).

Fabrication de totems, sculpture et objet en bois, arbres insolites… nous vous invitons à venir participer

*SAMEDI 16 MARS 2019,

de 9h30 à 12h30

*DIMANCHE 17 MARS 2019,

de 9h30 à 16h30 (repas partagé).

INSCRIPTION auprès de Pierre Dufour, tél 06 74 19 26 02

 Jardin-des-Plantes-Totem-Oceanie-4.jpgaborigène.jpg

Nous vous invitons à apporter tout ce que vous pouvez:

– matériaux bois, plumes, mousses et lichen, pierres, nids, nichoirs, objets brillants,

– matériel de travail du bois, matériel de peinture, colle….

– livres sur les arbres, livres de peinture, photos…

Et surtout toutes vos idées créatives, insolites, rebelles, déjantées!!!!

RESISTER C’EST CREER, CREER C’EST RESISTER !

 

Vendredi 8 mars 21h cinéma Atmosphère à Capdenac En avant-première : Le Grain et l’Ivraie de Fernando Solanas

le lien pour la bande-annonce /

https://www.facebook.com/CinemaEtHumanisme/videos/2309813085971049/UzpfSTE2MDkzNzY3ODI1NDA5NTI6MTY5NzcwOTM0MDM3NDM2Mg/

Vendredi 8 mars 21h cinéma Atmosphère à Capdenac 4, €
En avant-première : Le Grain et l’Ivraie de Fernando Solanas + débat + programme de la Fête des Faucheurs + stands + boire un verre !


Tout ce qu’il nous faut savoir sur l’agro-chimico-industrie et que les multinationales et les décisionnaires complices nous ont toujours caché ! Un film, pour autant, magnifique, réalisé de main de maître, tellement humain, vraiment humaniste et à la compréhension facile pour toutes et tous…
Une soirée à ne manquer sous aucun prétexte !…
Vigilance OGM 46 (VO46), association reconnu d’intérêt général, propose en avant-première et en partenariat avec les cinémas du Grand-Figeac, un film documentaire exceptionnel Le Grain et L’Ivraie du cinéaste argentin Fernando Ezequiel Solanas, alias Pino Solanas. Le film sera suivi d’un débat animé par Yves Vier, médecin généraliste, membre de VO46, qui alerte sur les pesticides et de membres de notre association. Nous présenterons aussi le programme de la 7ème Fête des Faucheurs qui se déroulera les 5, 6 et 7 avril à Assier ! Les cinémas du Grand-Figeac offriront un pot en fin de soirée.
Titre original : Viaje a los Pueblos Fumigados, projeté à la salle Atmosphère à Capdenac-Gare en VOSTF / 1h37′ / Tarif unique 4, €


Stands VO46, Faucheurs Volontaires et « Campagne glypho » : Campagne nationale de recherche du glyphosate dans les urines, qui aboutira à une plainte groupée au pôle santé du tribunal de grande instance à Paris. Vous pourrez vous inscrire, connaître votre taux de glyphosate et porter plainte…

Le film : Il s’ouvre sur une série d’images saisissantes : dans la province de Salta, dans le nord de l’Argentine, des forêts séculaires sont défrichées pour faire place à d’immenses plantations de soja. Les agriculteurs indigènes sont chassés de leurs villages. Des herbicides sont pulvérisés en quantité et les maladies se propagent. C’est le point de départ de cette investigation sur les crimes environnementaux commis par l’agriculture industrielle.
L’Argentine est devenu le pays de la viande aux hormones et de la monoculture. Du Nord au Sud et d’Est en Ouest, le cinéaste et sénateur « Pino » Solanas a constaté les dégâts de l’agro industrie : cancers, malformations, stérilité des terres et pollution des eaux, expropriations des indigènes et des petits propriétaires, destruction de la biodiversité, corruption des multinationales et monoculture de masse. Rien n’endiguera les méfaits d’un état financé par le Soja roi ? C’est sans compter sur un infatigable réalisateur activiste de 83 ans et les milliers d’acteurs des filières alternatives qui se battent pour que les choses changent.
Dans ce documentaire, le militant argentin de la première heure Fernando Solanas voyage, caméra au poing, à travers sept provinces argentines à la rencontre des populations locales, d’agriculteurs et de chercheurs qui racontent les conséquences sociales et environnementales du modèle agricole argentin : agriculture transgénique et utilisation intensive des agrotoxines (glyphosate, épandages, fumigations) qui ont provoqué l’exode rural, la déforestation, la destruction des sols, mais aussi la multiplication des cas de cancers et de malformations à la naissance.
Le récit de Fernando Solanas évoque aussi l’alternative d’une agriculture écologique et démontre qu’il est possible de produire de manière saine et rentable des aliments pour tous, sans pesticides, pour reconquérir et préserver nos milieux naturels.

Le réalisateur : Pino Solanas est né en 1936 à Buenos Aires, en Argentine. Il a été primé dans les plus grands festivals européens (Grand Prix à Venise, Prix de la mise en scène à Cannes, Ours d’or d’honneur à Berlin) et a reçu deux Grand Coraux à La Havane.
A la fin des années 1960, il est l’un des fondateurs et théoriciens du groupe argentin Cine Liberación, qui s’inscrit dans un mouvement à échelle continentale – celle de l’Amérique latine – appelant à un « troisième cinéma », qui ne soit pas une prolongation du cinéma européen ni hollywoodien. En 1968, il co-réalise clandestinement avec Octavio Getino le documentaire L’Heure des Brasiers, manifeste esthétique et politique du mouvement. Ce film majeur, anti- néocolonialiste, péroniste et activiste, est interdit jusqu’à la fin de la dictature de la révolution argentine en 1973. Il est aujourd’hui considéré comme un grand classique du documentaire.
Il laisse un témoignage de son exil à Paris pendant la dictature militaire (1976-1983) dans Tangos, l’exil de Gardel (1985), récompensé à Venise et aux César. Suivront deux drames remarqués, Le Sud en 1988 et Le Voyage en 1992, tous deux primés à Cannes.
Il siège comme député du parti de centre-gauche Frepaso (Front pour un pays solidaire) entre 1993 et 1997. Il participe ensuite aux élections présidentielles argentine de 2007, à la tête du mouvement Proyexto Sur (en), contre Cristina Kirchner dont il critique « la politique économique libérale ». Il est sénateur depuis 2013.
Dans les années 2000, Solanas réalise une série de documentaires sur la crise économique argentine, les échecs et les possibilités de son pays : Mémoire d’un saccage, La Dignité du peuple, Argentina latente, La próxima estación. En 2018, il revient au festival de Cannes présenter une copie restaurée de L’Heure des Brasiers. Le Grain et l’Ivraie est son 22ème film.

Vigilance OGM 46 (VO46) : Maison Paysanne, place de la Halle 46320 Assier / vo46@riseup.net / blog : https://vo46.wordpress.com/
VO46 organise aussi la 7ème Fête des Faucheurs les 5, 6 et 7 avril 2019 à Assier !

Apéro des faucheurs volontaires 46 Vendredi 8 février 2019 à 18h Figeac/Café Associatif L’Arrosoir

Apéro des faucheurs volontaires 46 organisée par son association de soutien locale VO46
Vendredi 8 février 2019 à 18h Figeac/Café Associatif L’Arrosoir (rue Crussol) – Présentation du travail des faucheurs, de leur actualité, vente de bières des faucheurs, et accompagnement en musique.

C’est aussi l’occasion de rencontrer quelques bénévoles pour notre Fête…- Nous dévoilerons une partie du programme de la Fête des Faucheurs qui se déroulera les 5, 6 et 7 avril 2019 à 46320 Assier…

 L’histoire des FV, ses luttes, ses succès, ses échecs.
– Le procès très important de Dijon (délibéré du 17/01/19) = relaxe totale et le procureur ne fait pas appel, comme quoi les juges et même le procureur comprennent que notre lutte contre les empoisonneurs publics est juste et nécessaire… Et cela va dans le sens de l’arrêté de la CJUE confirmant que les VrTH (OGM cachés) et autres nouveaux OGM sont bien des OGM dont certains sont cultivés et illégalement en France ; ce que l’on démontre depuis des années ! (67 FV, 38 prévenus, 3 avocats, 8 témoins extraordinaires…). En face, la pseudo coopérative « Dijon céréales » manquait totalement d’arguments !!!
– Nous inviterons les gens à rejoindre notre association de soutien « Vigilance OGM 46 » (VO46) et les plus « téméraires » à rejoindre les FV. Nous aurons donc des bulletins d’adhésion pour VO46 ainsi que la charte et l’engagement des FV. 

Pour les anciens n’oublions pas de renouveler notre adhésion

Nous serons accompagné par Manu(ex Aquili Sigui qui jouera « L’homme qui plantait des arbres » d’après Giono les 6 et 7 avril à Assier) Il jouera de la Kora et de ses flûtes magiques…