ECOCIDEURS en MARCHE !! Deux nouvelles décisions fin juillet 2019

Deux nouvelles décisions pour continuer à empoisonner notre planète et tous les citoyens français et européens :

Le CETA et l’autorisation par la commission européenne de nouveaux OGM importés pour l’alimentation humaine et animale

Ecocideur : nouveau mot à proposer pour tous ces responsables politiques et chefs d’état (à la botte des lobbies de l’agro-industrie) qui décident sciemment de poursuivre l’écocide en cours …

L’éxécutif et le législatif nous mentent en permanence, quel contre-pouvoir existe encore en Europe et en France ??

L’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments, crée à la suite de la crise de la vache folle) continue à autoriser tout et n’importe quoi sans contrôle scientifique rigoureux.

————————————————————————————————————————————————

1/  Dix nouveaux OGM autorisés par la commission européenne

La Commission européenne a autorisé, le 27 juillet, dix organismes génétiquement modifiés (OGM). Sept sont destinés à l’alimentation humaine ou animale (coton GHB614 x LLCotton25 x MON1598, maïs 5307, maïs MON 87403, maïs 4114, maïs MON 87411, maïs Bt11 x MIR162 x GA21, soja MON 87751). Pour deux autres il s’agit de renouvellement d’autorisations (colza Ms8xRf3 et maïs 1507xNK603). Enfin, un œillet d’ornement a été autorisé. Ces autorisations, délivrées pour dix ans, permettent la consommation et non pas la culture de ces OGM.

Après cette décision, la Commission précise que « tous les Etats membres avaient le droit d’exprimer leur point de vue au sein du comité permanent et, par la suite, du comité d’appel : il en résulte que la Commission européenne dispose du soutien juridique des Etats membres pour procéder à l’autorisation« .

(source Actu environnement)


2/  le CETA adopté à l’assemblée

lien liste votants:                                                                                                                                                                          http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/2059

stop-ceta-tomkucharz.jpg

CETA : comment le Canada tente de saper les normes européennes sur les pesticides et les OGM

Derrière les grandes déclarations d’amitié entre dirigeants, Ottawa s’active depuis des années en coulisses pour combattre les normes européennes qui empêchent ses entreprises et ses producteurs agricoles d’exporter vers le marché unique. Un lobbying intense que les perspectives commerciales ouvertes par le CETA n’ont fait qu’accentuer.

Le dernier épisode en date de cette guérilla réglementaire s’est joué le 4 juillet au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Allié à une quinzaine de pays, le Canada a violemment critiqué les évolutions récentes de la réglementation de l’UE sur les pesticides, décrites comme des précautions excessives nuisant au libre-échange des produits agricoles.

(source Le Monde / 23 juillet)

——————————————————————————————————————————————–

Principe de précaution

Plutôt que des mesures précises, ce sont surtout «les risques que fait peser le Ceta sur l’environnement à court terme» qui inquiètent les associations, explique à CheckNews Amandine Lebreton, directrice du plaidoyer chez FNH.

C’est le cas par exemple du principe de précaution, mis en œuvre par l’Union européenne et qui permet aux «décideurs de prendre des mesures de protection lorsque les preuves scientifiques relatives à un danger pour l’environnement ou la santé humaine sont incertaines et que les enjeux sont importants», rappelle le Parlement européen.

Les adversaires du Ceta s’alarment de voir ce principe disparaître au profit d’un accord commercial, rappelant que le 4 juillet, le Canada et une quinzaine de pays ont publiquement critiqué devant l’organisation mondiale du commerce (OMC) les dernières mesures mises en œuvre en Europe à cause du principe de précaution. «Nous faisons part de nos préoccupations devant le Conseil du commerce des marchandises car l’UE a commencé à mettre en place des mesures qui interdisent un certain nombre de substances qui sont nécessaires pour une production

agricole sûre et durable et qui sont autorisées par de nombreux membres de l’OMC», écrivent ces 16 pays sans formellement porter plainte. «40 molécules de pesticides sont autorisées au Canada et interdites en Europe : on voit ainsi une multiplication potentielle des batailles devant l’OMC», souligne alors la FNH. L’ONG FoodWatch rappelle ainsi que l’UE a déjà perdu à deux reprises à l’OMC sur des mesures prises en raison du principe de précaution : l’interdiction du bœuf aux hormones, et sur les OGMComme le rappellent les Décodeurs du Monde, le Canada est de fait opposé au principe de précaution.

 

(source Libération checknews / 31 juillet)

Publicités

Une réflexion au sujet de « ECOCIDEURS en MARCHE !! Deux nouvelles décisions fin juillet 2019 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s