Après « Envoyé spécial » sur le glyphosate … attaque des lobbies sur les réseaux sociaux

Face à ces lobbies criminels, car ils le sont, la rédaction d’Envoyé spécial démonte point par point les mensonges de ces empoisonneurs dans leur opération d’intox sur les réseaux sociaux. Un grand bravo et surtout on reste mobilisés.

———————————————————————————————————–

source Rédaction Envoyé Spécial

La rédaction d' »Envoyé spécial »France 2France Télévisions  publié le 22/01/2019 | 07:01

« Envoyé spécial » sur le glyphosate : nos réponses aux intox qui circulent sur les réseaux sociaux

Alors que de nombreuses intox ont été publiées sur les réseaux sociaux après la diffusion du numéro spécial du magazine au sujet du glyphosate, la rédaction répond point par point aux principales rumeurs.

Le glyphosate a fait la Une de l’actualité ces derniers jours : retrait du Roundup Pro 360 par la justice, nouvelles révélations sur le plagiat de Monsanto par les autorités sanitaires européennes… Dans ce contexte, notre émission spéciale sur le glyphosate a provoqué de nombreuses réactions : un record d’audience (2,8 millions de téléspectateurs), beaucoup de messages de félicitations, mais aussi de nombreuses intox pour tenter de discréditer notre émission.

Nous nous y attendions, les « Monsanto papers » révèlent d’ailleurs l’existence par le passé d’un programme baptisé « Let nothing go » (« ne rien laisser passer »), mis en place par la firme agrochimique, et destiné à attaquer les enquêtes journalistiques sérieuses à l’aide de trolls actifs sur les réseaux sociaux.

Aujourd’hui, la plupart des attaques proviennent de comptes anonymes, mais aussi d’un site internet donnant la parole sans contradicteur à un chercheur controversé, ou encore d’une consoeur, déjà prise en flagrant délit de désinformation sur la question des pesticides, qui a tweeté près de 300 fois en 4 jours pour défendre le glyphosate et s’en prendre à notre émission.

Nous avons choisi de répondre avec précision aux fausses informations qui circulent.

1/La justice américaine n’aurait pas reconnu le Roundup comme cause du cancer de Dewayne Johnson

FAUX. Le 10 août 2018, comme le montre le verdict, le jury du tribunal de San Francisco a dû répondre à 18 questions. La question numéro 3 est sans équivoque : « Le Roundup Pro ou le Ranger Pro a-t-il été une cause majeure dans le préjudice physique causé à M.Johnson ? La réponse est oui ».

Certains commentateurs ont été induits en erreur à cause de leurs problèmes de traduction. En réalité, le terme « Roundup design » ne fait pas référence au « design », au « packaging » du Roundup, mais bien à sa conception.

La condamnation de Monsanto est fondée sur le défaut d’information ET la dangerosité de son produit. Les questions au jury sont d’ailleurs en deux parties : pour pouvoir prouver que Monsanto n’a pas bien informé des dangers de son produit, il faut d’abord prouver que le produit, dangereux, a causé un préjudice au consommateur. C’est ce qu’on appelle le « design defect »

.En clair, Monsanto n’aurait pas pu être condamné si le jury avait répondu que le produit n’avait pas de lien avec le cancer de Monsieur Johnson, comme le confirment aussi les instructions du jury.

2/Le tribunal de San Francisco ne se serait pas prononcé sur l’état de la connaissance scientifique à propos du glyphosate

FAUX. La question numéro 4 du verdict,contredit cette affirmation : « Le Roundup Pro ou le Ranger Pro présentent-ils des risques étant connus ou en mesure de l’être qui étaient généralement acceptés par la communauté scientifique au moment de leur fabrication, distribution ou vente ? »

L’avis rendu par le jury populaire du tribunal de San Francisco sur l’état de la science a une valeur strictement juridique. A noter que cette question sera débattue de nouveau dans les prochains mois, puisque Monsanto a fait appel de sa condamnation.

3/Dewayne Johnson n’aurait jamais aspergé 500 litres de glyphosate par jour et il aurait travaillé sans équipements

FAUX. Dans son interrogatoire, Dewayne Johnson raconte avoir pulvérisé jusqu’à 150 gallons en trois heures.  Autre extrait :

Or 150 gallons correspondent exactement à 567,81 litres.

Il s’agit évidemment de 567 litres de Roundup dilué et non de glyphosate pur. Une métonymie utilisée par la plupart des agriculteurs, mais aussi par la justice américaine dans ses interrogatoires à Dewayne Johnson.

Question : « Quand vous pulvérisiez 150 gallons (567 litres) de Ranger Pro, aviez-vous du Ranger Pro sur votre peau ? »

Dewayne Johnson travaillait avec une combinaison, des gants, un masque et parfois des lunettes, comme le montrent ces photos présentées lors du procès.

Mais il lui est arrivé d’avoir du Roundup en contact direct avec la peau, le produit étant passé sous sa combinaison, comme précisé dans notre reportage

4/L’étude du Dr Kirkland, modifiée par Monsanto, ne prétendrait pas être indépendante

FAUX. Au moins deux éléments incontestables montrent que l’étude du Dr Kirkland est présentée par ses auteurs comme une étude indépendante. 

– Son titre : « Revue du potentiel cancérogène du glyphosate par quatre panels d’experts indépendants ».

– Sa déclaration d’intérêts : « Aucun salarié de Monsanto, ni aucun avocat n’ont revu les manuscrits des panels d’experts avant leur transmission au journal ».C’est cette dernière notice qui est gage de rigueur et d’indépendance, et non le financement des études, qui sont souvent sponsorisées par les industriels.

5/L’étude du Dr Kirkland, modifiée par Monsanto, ne serait pas une référence pour les agences de régulation

FAUX. L’étude modifiée par Monsanto a bien été intégrée au corpus de la littérature scientifique (contrairement à la plupart des études réglementaires, qui sont financées et réalisées par les industriels). Elle a été citée 17 fois d’après le site Scopus qui recense, a minima, les reprises dans la littérature scientifique : c’est beaucoup pour une étude qui date d’il y a moins de trois ans.

L’étude amendée en secret par Monsanto est bel et bien une référence pour les agences sanitaires. Dernier exemple en date, il y a à peine dix jours : le 11 janvier 2019, l’agence réglementaire de santé du Canada (Health Canada) a ré-autorisé le glyphosate.

Dans son dernier rapport d’évaluation disponible en ligne, en page 96, au milieu des références… se trouve la fameuse étude co-écrite par Dr Kirkland, et modifiée par Monsanto.

6/ »Envoyé Spécial » aurait présenté le Pr Séralini comme un lanceur d’alerte et une caution scientifique

FAUX. Comme d’autres chercheurs (Ray Waters, David Kirkland…), le Pr Séralini n’a pas été sollicité comme un expert sur un débat qui divise la science, mais pour son rôle central dans l’affaire des « Monsanto papers ». Il est l’un des noms les plus cités dans les documents déclassifiés par la justice américaine. Ne pas évoquer son histoire dans une enquête sur les « Monsanto papers » aurait été une erreur éditoriale.

Le conflit d’intérêt longtemps méconnu de Wallace Hayes, l’homme qui a décidé de rétracter l’étude Seralini, est une information. Le fait que le chercheur français ait rencontré les avocats de Dewayne Johnson pour se joindre à la class action américaine, est aussi une information d’intérêt public, méritant d’être relayée, indépendamment de ce que l’on peut penser du fond des travaux du chercheur, avec lesquels « Envoyé Spécial » prend ses distances (le commentaire précise bien que son étude de 2012 a été contredite par plusieurs expériences).

Nos confrères des journaux Le Monde et Le Parisien ont de leur côté rédigé des articles bien renseignés sur la stratégie cachée de Monsanto pour décrédibiliser le Pr Seralini.

Quant au terme de « lanceur d’alerte », « Envoyé Spécial » ne l’utilise pas.

7/Envoyé Spécial aurait occulté que le « Pr Séralini est un fraudeur »

FAUX. L’étude de 2012, méthodologiquement contestée, a été contredite par plusieurs expériences (ce que nous précisons dans le reportage). En revanche, il est faux de dire que Gilles-Eric Séralini est un fraudeur. C’est même diffamatoire, d’après un jugement de 2015 ayant opposé le Pr Seralini au journal Marianne.

Détail notable : pour sa défense dans cette affaire de diffamation, le journaliste de Marianne explique qu’il n’est pas l’auteur du propos « fraude », qu’il n’a fait que citer… Henry Miller (ce chercheur de Stanford, dont nous prouvons dans notre reportage, qu’il a écrit un article rédigé à 85% par Monsanto).

Même Wallace Hayes, dont les « Monsanto papers » nous apprennent qu’il avait signé un contrat secret avec Monsanto, reconnaît dans sa lettre de rétractation de 2013 l’absence de fraude.

Aurait-on dû dire de Gilles-Eric Séralini qu’il était un fraudeur ? Non, « Envoyé Spécial » se contente d’être rigoureux et précis, et ne relaie pas de propos reconnus comme diffamatoires par la justice.

8/ »Envoyé Spécial » affirmerait à tort qu’il n’existe pas de seuil limite de glyphosate dans les urines

FAUX. Il existe des seuils autorisés de glyphosate dans l’eau potable ou les aliments mais pas dans les urines, comme l’ont déjà vérifié nos confrères de Checknews.

Certains tentent de comparer les résultats de tests urinaires au seuil autorisé dans l’eau potable (maximum réglementaire de 0,1 microgramme/litre), quand d’autres font le rapprochement avec la dose journalière autorisée (500 microgrammes/jour/kilo), c’est-à-dire la dose maximale que nous pouvons ingérer chaque jour.

« Envoyé Spécial » revendique ne pas avoir fait ces comparaisons qui n’ont aucune validité car elles ne permettent aucune interprétation scientifique.

Nous avons donc décidé d’en rester aux faits incontestables : notre glyphotest montre que toutes les personnes qui y ont participé ont du glyphosate dans les urines, avec des taux allant de 0,19 microgramme/litre à 1,25 microgramme/litre. Si nous avions fait le même test il y a 50 ans, avant l’invention du glyphosate, les taux auraient tous été de zéro. Par ailleurs, l’étude PELAGIE, réalisée par l’Inserm en Bretagne entre 2002 et 2005 sur des femmes enceintes montrait que seules 43% d’entre elles avaient des traces de glyphosate dans les urines, contre 100% de nos participants aujourd’hui.

Notre test a simplement pour but de nous faire réfléchir sur la présence toujours plus importante de ce produit dans nos organismes. Nos résultats sont-ils la preuve qu’il y a un danger pour la santé ou au contraire la preuve qu’il n’y a aucun risque ? Sur cette question, personne n’est en mesure de répondre. Car encore une fois, il n’existe pas de seuil maximal dans les urines et les nombreuses études sur les dangers du glyphosate n’aboutissent pas toutes aux mêmes conclusions.

9/ »Envoyé Spécial » imputerait la responsabilité de l’épidémie rénale du Sri Lanka au glyphosate ?

FAUX. Ce n’est pas « Envoyé Spécial » qui fait le lien entre la maladie des reins et l’herbicide, mais l’Etat srilankais. En 2015, le Sri Lanka a décidé d’appliquer le principe de précaution et d’interdire le glyphosate, suite à la publication d’une étude mettant en cause l’herbicide.

Notre démarche journalistique a simplement été de raconter comment et pourquoi le Sri Lanka est devenu le premier pays à interdire totalement le glyphosate. Puis d’en expliquer les conséquences économiques néfastes qui ont conduit à sa réintroduction en 2018.

10/ »Envoyé Spécial » aurait occulté le fait que le Sri Lanka avait réintroduit le glyphosate en 2018 ?

FAUX. « Envoyé Spécial » a consacré pas moins de la moitié de son sujet au Sri Lanka sur les conséquences économiques de l’interdiction du glyphosate, puis à la réintroduction partielle de l’herbicide en 2018.

11/ »Envoyé Spécial » aurait occulté les études favorables au glyphosate

FAUX. « Envoyé Spécial » ne cite aucune étude épidémiologique, ni celles qui sont favorables au glyphosate, ni celles qui lui sont défavorables.

Interpellée sur le marché de Marly-le-Roi par une citoyenne lui demandant si le glyphosate peut causer le cancer, Elise Lucet répond qu’il est « compliqué de répondre », résumant ainsi l’absence de consensus scientifique : « Toutes les études sont controversées et les avis sont assez différents ».

12/ »Envoyé Spécial » aurait instrumentalisé un enfant dont les malformations congénitales n’ont rien à voir avec Monsanto

FAUX. « Envoyé Spécial » raconte une procédure judiciaire intentée par la famille Grataloup, qui a assigné Monsanto le 30 mai 2018.

Dans cette assignation, plusieurs attestations de médecins évoquent un lien possible entre les malformations de Théo Grataloup et l’herbicide à base de glyphosate.

Un lien contesté par Monsanto, comme précisé dans le reportage, sur lequel la justice française sera amenée à se prononcer. France 2 et « Envoyé Spécial » maintiennent absolument toutes les informations diffusées dans l’émission, que nous vous recommandons vivement de revisionner

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s