Une bière des faucheuses pour les fêtes…

affiche_biere_des_faucheuses

Julien a brassé une Cuvée spéciale « Bière des Faucheuses » pour vo46,
sans pesticides et sans OGM.
C’est une cuvée limitée en nombre de bouteilles
aussi n’attendez pas l’année prochaine pour soutenir les Faucheurs Volontaires en achetant quelques bouteilles à boire (avec modération ou qui vous voulez) ou à offrir. Vous la trouverez en dépôt vente au Sens Bio, à l’Arrosoir et…

Publicités

En Europe : nouvelle attaque de l’industrie chimique pour étouffer le principe de précaution…

Un « principe d’innovation » porté par l’industrie chimique pourrait entrer dans le droit européen

En apparence anodin, le concept a été imaginé pour neutraliser le principe de précaution par un think tank issu de la pétrochimie et du tabac.

3640239_6rJY6xyLcpnYdPdfIeJJCrOf.jpg

Le Monde par Stéphane Horel Publié le 10 décembre 2018

 

Instaurer un « principe d’innovation ». L’idée sonne comme une belle promesse, innocente comme le bon sens. Elle pourrait pourtant gravement saper la protection de l’environnement et de la santé publique. Car ce concept qui s’apprête à faire une entrée officielle dans la législation européenne n’a pas été élaboré par des responsables publics. Il a été imaginé par des industriels soumis à des réglementations très strictes : tabac, pesticides, substances chimiques ou pétrole.

Lire la suite

Résultats de la PEST , commission européenne des pesticides

Dtqe1W5WoAEQYGp
source Parlement Européen

http://www.eric-andrieu.eu/noel-sans-glyphosate/

Bruxelles – Jeudi 6 décembre, après 9 mois de travail, la Commission PEST chargée d’enquêter sur les procédures d’autorisation des pesticides en Europe a adopté à une large majorité (23+,5-,1 abst.) ses recommandations. « Nous demandons à la Commission européenne, aux États membres et à leurs agences plus de transparence, plus d’indépendance et une stricte application du principe de précaution, afin de protéger la santé des 500 millions d’Européens » 

1141 amendements avaient été déposés par les députés de la commission spéciale. « Ils reflètent 9 mois de travail mais aussi les exigences croissantes et légitimes de nos concitoyens en matière de transparence et de santé humaine. Il y a des positions communes sur les éléments essentiels. Avec ce vote conséquent, nous serons plus fort pour les porter ces positions auprès de la Commission européenne » 

  Dans ses recommandations votées aujourd’hui à une large majorité, notre Commission PEST demande aux États membres de ne plus approuver les substances actives synthétiques.

Alors que le BFR(Le besoin en fonds de roulement) est actuellement montré du doigt outre-Rhin , après avoir été accusé de multiplier les CopierColler d’études de l’Industrie, notre Commission PEST exige des critères d’indépendance, de transparence et d’absence de conflit d’intérêtsDtv2N1CWoAAMLTB

30 % des ruches françaises décimées et un rapport biaisé qui élude soigneusement la question des pesticides dans les causes de ces mortalités. Le gouvernement Macron doit arrêter de tergiverser sur ces questions et passer des paroles aux actes.

Quand les lobbyistes de l’énergie fossile, du tabac et de la chimie font inscrire insidieusement le Principe dInnovation dans le projet HorizonEurope afin d’amoindrir juridiquement le PrincipeDePrécaution que nous défendons ardemment dans notre Commission d’enquête Pesticides

Non seulement le Principe dInnovation vise à amoindrir le Principe De Précaution mais il risque d’encourager la commercialisation de produits dangereux pour la santé des 500 millions de citoyens, voire, de les financer avec des fonds européens de recherche s’ils sont nouveaux !

(Eric Andrieu député europeen Occitanie Président de la Commission PEST)








IMG_9716

Angéle Préville (sénatrice), Eric Andrieu (député européen) et Gaëligue Jos (secrétaire fédérale du PS lotois)

Lors de son passage dans le Lot Eric Andrieu s’était engagé à participer à la Campagne Glyphosate de recherche du taux de glyphosate dans les urines des citoyens.

Il doit effectuer sous peu son analyse dans son département de l’Aude qu’on espère suivi d’une plainte. Tout en soutenant cette campagne qu’il qualifiait de courageuse, Il avait incité les élus socialistes et verts du Lot présents à participer à cette campagne.

sénatrice-préville-300x168

La sénatrice du Lot présente avait informé le représentant de la « campagne glyphosate 46 » qu’elle et plusieurs sénateurs voulaient faire une analyse de sang pour rechercher entre autre les quantités de pesticides présentes dans leur organisme.

Nous serons attentifs à tous ces engagements d’élus qui viennent rejoindre les engagements et initiatives de nombreux citoyens.

DtjvpBCWwAA2Tf8

Et comme le réchauffement climatique il n’y a pas de report possible !!

A suivre….

PARUTION JOURNAL OFFICIEL « CAMPAGNE GLYPHOSATE 46 »

PISSEURS-EUSES-1024x502PARUTION JOURNAL OFFICIEL « CAMPAGNE GLYPHOSATE 46 »

+ appel à participation / adhésion /don etc…un-collectif-des-pisseurs-et-pisseuses-involontaires-de_4276045_1000x526

 

Bonjour

La création de l’association est parue au journal officiel le 1er décembre (pièce jointe)

Pour soutenir et faire fonctionner l’association il nous faut des adhésions(montant libre).

Demandez le bulletin d’adhésion à glypho46@riseup.net

Comme il est indiqué sur le bulletin d’inscription à la campagne glyphosate 46, on ne paye pas d’avance les analyses et plaintes.

Si vous ne souhaitez pas être membre vous pouvez faire un don.
la demande de reconnaissance d’intérêt général de l’association est en cours de manière à pouvoir bénéficier d’abattement fiscal.

Nous savons que le montant de l’analyse et de la plainte est d’un coût important.
Nous espérons que les dons permettront d’aider par la suite ceux qui, bénéficiant de minimas sociaux ou faibles revenus, ne pourraient pas payer en totalité.

Les premiers prélèvements ne commenceront pas avant mi-janvier.

Merci

Philippe
Référent « CAMPAGNE GLYPHOSATE 46 »

 

Déclaration JO 1 Décembe 2018.jpg

Dimanche 2 décembre les Faucheurs volontaires à la gendarmerie de Rodez

capture_3-3898434Ces auditions font suite au dépôt de la liste des participants du fauchage du 15 Août au tribunal de Rodez et si la gendarmerie fait bien son travail il y aura au moins 7 faucheurs volontaires lotois qui devraient être entendus.

voir communiqué ci-joint

2018.10.16 CP Druelle RAGT-Liste au tribunal

IMG_2187

La Dépêche/Publié le 02/12/2018

Des militants anti-OGM «Faucheurs volontaires» entendus par les gendarmes

Après une première journée d’auditions samedi, d’autres membres du mouvement anti-OGM des « Faucheurs volontaires » ont été convoqués, ce dimanche matin, à la gendarmerie de Rodez, afin de répondre aux questions des enquêteurs.

Des interrogatoires en série qui font suite au fauchage d’une parcelle expérimentale de tournesol, plantée par l’entreprise RAGT (Rouergue Auvergne Gévaudan Tarnais), à Druelle lors de l’été 2018.

Installés devant les portes de la caserne de gendarmerie Béteille, à Rodez, une vingtaine de militants anti-OGM a déployé de larges banderoles hostiles à la RAGT et à ses expérimentations OGM.

Des militants anti-OGM déjà interrogés

Ils ont également affiché leur soutien à leurs homologues interrogés dans les locaux de la gendarmerie.

Samedi déjà, une poignée de militants ont été interrogés par les Forces de l’ordre dans le cadre de la même enquête.

Celle-ci suite à la plainte déposée par la RAGT et l’agriculteur exploitant les terres sur lesquelles l’expérimentation était menée.



extrait du JT  19/20 du 15/08/18 de France 3 sur Youtube =
https://youtu.be/SQRBvu_ojSI


IMG_2172

IMG_2195Pour la RAGT , le mensonge ne tue pas !!

Tout est normal, aucune herbe au sol , et un tournesol rebelle à la transformation génétique …

Laurent Guerreiro qui est directeur général de la branche Recherche de la RAGT, dit  » ne pas comprendre les motivations de cette minorité de voyous qui veulent imposer leur idéologie. Toutes les recherches menées par la RAGT sont conformes aux lois et à la législation en vigueur « , se défend le directeur en précisant que  » la vocation de la RAGT est de développer et améliorer des semences partout en Europe.  »

 » Contrairement à ce que les Faucheurs volontaires avancent, il n’était pas question de cultures OGM, mais plutôt de mutagénèse « , indique Laurent Guerreiro.  » De toute façons le tournesol est rebelle à la transformation génétique « .




Centre Presse Aveyron 17/08/2018

 » Entretenir la confusion « 

Selon La RAGT, les recherches menées sur la parcelle détruite portaient sur une maladie qui affecte les tournesols (Scléroténia du capitule). Il s’agit d’inoculer la maladie à la plante, puis celle-ci est stressée de différentes manières pour l’inciter à se défendre et à résister à la maladie en faisant muter ses gènes.IMG_6026

Pour les Faucheurs volontaires,  » mutagène et OGM : les semenciers entretiennent la confusion. Les plantes de cette parcelle ne sont peut-être pas modifiées génétiquement, mais qu’en est-il de leur semence », interroge Jacky Berrahil. Le Faucheur volontaire étaye ses dires en nous renvoyant vers le catalogue 2018 de la RAGT.

 » Parmi les 12 variétés de semences de tournesol inscrites, cinq au moins sont de variétés Clearfield développées par BASF, un autre géant de la semence. Utilisées sous licences par la RAGT, ces semences sont VrTH. C’est-à-dire qu’elles ont été rendues tolérantes aux herbicides. C’est peut-être cette variété qui a été plantée à Druelle. Impossible de le savoir. Or, ces variétés tolérantes aux herbicides viennent d’être reconnues OGM par la Cour de justice européenne. Elles sont donc interdites. D’où notre action « , conclut le militant anti-OGM.

« Mutagénèse égale OGM »

Pour la Confédération paysanne et les autres associations, l’utilisation de variétés de semences rendues résistantes à un herbicide comporte un risque de dommages importants pour l’environnement et la santé, au même titre que les OGM.

Le Conseil d’État a été invité à se pencher sur la question. S’estimant incompétent, ce dernier a invité la Cour de justice européenne à déterminer si les organismes obtenus par mutagenèse sont des OGM et s’ils sont soumis aux obligations prévues par la directive sur les OGM.

Par arrêt du 25 juillet 2018, la Cour a considéré que les organismes obtenus par mutagenèse sont des OGM au sens de la directive sur les OGM, dans la mesure où les techniques et méthodes de mutagenèse modifient le matériel génétique d’un organisme d’une manière qui ne s’effectue pas naturellement.





IMG_2197

Bagnolet, le 17 août 2018

Communiqué de presse Confédération paysanne

Neutralisation de tournesols tolérants aux herbicides :            nous réclamons la transparence !

Suite à la neutralisation de parcelles de tournesol rendu tolérant aux herbicides par les Faucheurs Volontaires le 15 août dernier, la Confédération paysanne s’associe à l’exaspération de ces lanceurs d’alerte. Depuis de nombreuses années, ils dénoncent à visage découvert le refus de transparence des firmes semencières qui cherchent à faire passer leurs profits financiers avant le respect de l’environnement, de la santé des paysans, des populations et à imposer des variétés qui augmentent inévitablement l’usage des herbicides.

Certes la RAGT, l’entreprise qui réalise ces essais, n’est pas Monsanto. Mais elle n’a jamais voulu indiquer le détail des procédés d’obtention des variétés de tournesol rendu tolérant aux herbicides qu’elle distribue. Or le récent arrêt de la Cour de Justice de l’Union européenne est clair :

–          soit le procédé d’obtention est de la mutagenèse, impliquant le recours au génie génétique, auquel cas il s’agit d’OGM réglementés au niveau européen et leur culture sans évaluation, autorisation, étiquetage et suivi est illégale. En l’absence de cette autorisation qui n’a pas été sollicitée, ces cultures doivent alors être détruites administrativement

–          soit il s’agit de mutagenèse sans recours au génie génétique, auquel cas ces cultures ne sont pas illégales, mais l’État peut les réglementer.

Dans l’attente de la décision du Conseil d’État qui doit suivre l’arrêt de la Cour européenne, la Confédération paysanne exige la suspension d’autorisation de toutes les cultures de variétés rendues tolérantes aux herbicides qui empoisonnent l’environnement, la santé et génèrent la prolifération de repousses et d’adventices invasives dans les cultures suivantes, exigeant l’emploi de doses toujours plus importantes d’herbicides. La Confédération paysanne pense que ce mode de gestion des adventices remet en cause l’autonomie des paysan-ne-s et n’a qu’un seul but : engraisser le secteur agro-industriel.

L’industrie des biotech tente de paralyser la Conférence de l’ONU sur la biodiversité

Sharm El Sheikh / 14ème conférence de la Convention sur la biodiversité

COP14_HighLevelSegment_2018-745x375

L’industrie des biotech tente de paralyser la Conférence de l’ONU sur la biodiversité, elle ne paralysera pas les paysans

Publié December 4, 2018

Malgré de longues négociations, la 14ème conférence de la Convention sur la biodiversité s’est achevée le 29 novembre à Sharm El Sheickh en Égypte en laissant la porte ouverte à la contamination et à l’appropriation de l’ensemble de la biodiversité naturelle et de la chaîne alimentaire par les brevets de l’industrie des biotechnologies.

Les OGM exterminator mis au point par les techniques de forçage génétique visent à éradiquer définitivement des espèces entières, qu’elles soient animales, végétales ou microbiennes. Une fois disséminés, aucune frontière ne pourra les arrêter tant qu’ils n’auront pas achevé leur mission mortifère. Les promesses de supprimer ainsi tout vecteur de maladie comme les moustiques de la malaria ne sont que mensonges : la nature a horreur du vide et risque même de laisser apparaître de nouveaux vecteurs encore plus agressifs. Les gouvernements progressistes n’ont pas pu obtenir le moratoire attendu pour interdire la dissémination de ces chimères. La Convention ne fait que recommander des précautions : évaluation des risques, consultation des populations autochtones ou locales, mais surtout pas de l’ensemble des citoyens concernés qui pourraient les soutenir contre les promoteurs du forçage génétique.

En réduisant les modifications génétiques ainsi obtenues à de simples « informations » dématérialisées pour rentrer dans les algorithmes des ordinateurs, l’industrie étend la portée de ses brevets à l’ensemble des plantes, des animaux ou des micro-organismes qui contiennent naturellement les mêmes « informations ». Le brevet sur l’information génétique associée aux gènes qui accélèrent la croissances des poulets permet ainsi l’appropriation des tous les poulets à croissance naturellement rapide ! On attendait que les pays membres de la COP décident que ces informations génétiques soient contrôlées afin de pouvoir interdire ces brevets sur les « gènes natifs ».

En multipliant les modifications génétiques artificielles incontrôlables, les nouvelles techniques « d’édition du génome » génèrent encore plus de risques pour la biodiversité, la santé et l’environnement que les OGM transgéniques, tout en violat des principes même de la CBD. On attendait que ces nouveaux OGM soient réglementés de la même manière, comme l’a récemment décidé la juridiction suprême de l’Union européenne.

La Convention s’est contenté de renvoyer ces deux question à de nouveaux comités d’experts. En attendant, l’industrie peut continuer à disséminer ses nouveaux OGM brevetés, y compris dans les pays qui les refusent mais n’en seront pas informés en l’absence d’une réglementation internationale contraignante.

Les délégués du Comité international de Planification pour le Souveraineté alimentaire (CIP) et de La Via Campesina qui se sont rendus à Sharm El Sheikh dénoncent fortement l’arrogance d’une poignée de pays riches qui bloquent toute décision raisonnable. Ils dénoncent aussi les manœuvres de l’industrie qui a corrompu quelques représentants de pays en développement pour créer l’illusion d’un soutien important à ses nouvelles chimères brevetées.

Jusqu’à l’obtention de décisions internationales plus fermes, c’est pays par pays qu’il faut désormais s’opposer à tous les OGM brevetés, quels qu’ils soient. Les millions de paysans de La Via Campesina et des autres organisations du CIP,  s’y emploieront avec leurs nombreux alliés de la société civile.

via Guy Kastler (Commission ogm-confédération paysanne)

egyptcop14logofinaltexttopbottom.png

Pour plus d’informations:

FR . https://viacampesina.org/fr/lindustrie-des-biotech-tente-de-paralyser-la-conference-de-lonu-sur-la-biodiversite-elle-ne-paralysera-pas-les-paysans/

EN – http://www.foodsovereignty.org/the-biotech-industry-is-trying-to-block-the-un-conference-on-biodiversity-but-it-wont-block-farmers/

ES –  http://www.foodsovereignty.org/es/la-industria-biotecnologica-esta-tratando-de-paralizar-la-conferencia-de-la-onu-sobre-biodiversidad-no-paralizara-a-los-agricultores/

FR –  http://www.foodsovereignty.org/fr/lindustrie-des-biotech-tente-de-paralyser-la-conference-de-lonu-sur-la-biodiversite-elle-ne-paralysera-pas-les-paysans/

BOYCOTTONS AMAZON nouvelle campagne à mener!!!

tombe glypho

BOYCOTTONS AMAZON

Glyphosate sur Amazon | Livraison gratuite

Découvrez les produits les mieux notés par nos clients et toutes les nouveautés. Marques: Roundup, Doff, Solabiol, Bayer, Edzard.

Voilà le résultat d’une recherche sur le net ce jour sur le glyphosate. Depuis ma recherche sur le net, mon moteur de recherche me rouvre une fenêtre vente de glyphosate toute les 5 secondes . Au bout de 10mn, obligé de fermer le moteur de recherche. Ce n’est pas une surprise !!!

De passage dans le Lot le député européen Eric Andrieu expliquait à son auditoire que le budget recherche d’Amazon était supérieur au budget recherche de toute l’europe. Pour lui c’est une alarme importante de ce qui peut arriver dans l’avenir.

C’est à dire qu’il y a urgence à se mobiliser, Amazon est un exemple.

On peut aussi parler de Bayer et d’autres qui bientôt deviendont la toute puissance mondiale.

C’est déjà un peu le cas vu l’impuissance ou la complicité de nos gouvernants face à ces lobbies.

Il ne s‘agit plus de fiction mais d’un futur fort plausible si nous laissons faire.

Seul recours, la mobilisation citoyenne, le boycott et la désobéissance civile..

promotion-glyphosate-avant-la-fin.jpg




Amazon a dépensé 23 milliards de dollars en R&D l’an dernier

Selon Recode, qui s’appuie sur le classement de Factset Research Systems, un spécialiste de l’analyse de données pour les investisseurs et les services financiers, Amazon est le premier investisseur en matière de R&D aux Etats-Unis. La firme de Seattle, qui avec plus d’un demi-million de salariés vise la place de premier employeur mondial, a dépensé en 2017 22,6 milliards de dollars pour sa recherche et développement. C’est 6 milliards de dollars de plus qu’en 2016. Microsoft, son principal concurrent dans le cloud, pointe à la 4ème place avec 12,3 milliards de dollars, un montant équivalent à celui de 2016.

Le numéro 2 n’est autre qu’Alphabet, la société-mère de Google qui a déboursé 16,6 milliards de dollars l’an dernier. Derrière on trouve Intel avec 13,1 milliards de dollars. Apple arrive bon 5ème avec 11,6 milliards de dollars.

Dans ce classement figure également Facebook qui, treizième l’an dernier, occupe la neuvième place avec 7,8 milliards de dollars (+32%). Comme on le voit les Gafam trustent cinq des dix premières places. Oracle est douzième avec 6,2 milliards de dollars, devant Cisco et ses 6,1 milliards de dollars dépensés en R&D.  Suivent Qualcomm 15ème avec 5,5 milliards de dollars et IBM 16ème avec 5,4 milliards de dollars.

De son côté, le Silicon Valley Business Journal publie le top 5 des dépositaires de brevets aux US. Alphabet, avec 2.863 brevets, Apple avec 2.580 dépôts, Intel avec 988 brevets et Cisco, avec 619 dépôts, occupent respectivement les 1ère, 2ème, 3ème et 5ème place du classement. Le seul intrus dans celui-ci est le fabricant de machines de précision Applied Metals qui a déposé 626 brevets et occupe de ce fait la quatrième place.