Génétique : CRISPR fait son entrée dans le monde de l’agriculture

Génétique : CRISPR fait son entrée dans le monde de l’agriculture

Le département américain de l’Agriculture a donné son feu vert à la commercialisation d’un champignon de Paris génétiquement modifié par le nouvel outil d’édition des génomes.

champignon de Paris SUPERSTOCK/SIPAchampignon de Paris SUPERSTOCK/SIPA

OXYDATION. Le département américain de l’Agriculture (USDA, l’équivalent du ministère français) a décidé que son administration n’avait en aucun cas le pouvoir d’encadrer la culture d’un champignon de Paris génétiquement modifié par CRISPR, la méthode développée par Jennifer Doudna et Emmanuelle Charpentier en 2012. Phytopathologiste à l’université d’Etat de Pennsylvanie, Yinong Yang a ôté du génome d’Agaricus bisporus six gènes qui commandent la production d’une enzyme, les polyphénol-oxydases (PPO). Ces enzymes produisent une réaction de défense de la plante en oxydant les tissus végétaux atteints par une agression extérieure. Les PPO sont ainsi responsables de la couleur brune qui se propage à la surface d’un fruit ou d’un légume qui vient d’être coupé. L’idée du chercheur, c’est de stopper cette réaction pour augmenter la durée de vie du champignon de Paris et donc sa date limite de consommation.

C’est la première fois que l’USDA avait à donner son avis sur un végétal génétiquement modifiée par CRISPR. Et l’organisme a déclaré n’avoir aucune base juridique pour imposer à la culture un examen par l’administration américaine de l’alimentation et des drogues (FDA, Food and drugs administration), l’instance  de réglementation des produits agricoles. Cette décision équivaut donc à un feu vert pour l’utilisation de la nouvelle variété, la FDA pouvant cependant encore décider de s’autosaisir du sujet.

OGM ou pas?

TRANSGÉNÈSE. L’USDA a pris une telle décision parce que, selon elle, ce champignon n’est pas un organisme génétiquement modifié (OGM). Ses concepteurs n’y ont pas ajouté un virus ou une bactérie étrangère au génome de la plante par transgénèse, comme c’est le cas avec la bactérie Bacillus thuringiensis insérée dans le génome du maïs pour lui conférer la résistance à la pyrale, un insecte ravageur. Ici, seuls six gènes ont été soustraits, réduisant ainsi l’activité enzymatique des PPO de 30%.

Ce faisant, l’USDA reste fidèle à ses conceptions. Une trentaine de plantes modifiées par les nouvelles techniques d’obtention des plantes (NPBT selon l’acronyme anglais) ont en effet été acceptée aux Etats-Unis ces cinq dernières années. Ces nouvelles variétés ont été obtenues par des techniques de modification du génome comme les TALENs (Transcription activator-like effector nucleases) qui visent à introduire dans le génome d’une plante des caractères recherchés comme la résistance à un pathogène ou à la sécheresse qui sont présents dans d’autres variétés de la même espèce. Là encore, le fait qu’il n’y ait pas introduction d’un gène étranger implique qu’il ne s’agit pas d’OGM selon l’USDA. CRISPR s’ajoute ainsi à plus d’une demi-douzaine de nouvelles techniques d’hybridation. Les plantes qui en sont issues constituent-elles des inventions susceptibles d’être protégées? L’université de Pennsylvanie a déposé une demande de brevet et, selon Nature du 14 avril, Yinong Yang envisage de créer une entreprise de commercialisation de son champignon.

Conflit au sein du Haut Conseil des Biotechnologies en France

DÉBAT. L’administration américaine s’interroge cependant sur la nécessité de modifier sa réglementation. L’Académie américaine des Sciences a commencé une série de travaux pour essayer d’anticiper ce que les biotechnologies vont proposer dans les 5 à 10 ans à venir. C’est une question que se posent tous les pays développés. Les positions sont très diverses. L’Argentine estime qu’il faut prendre des décisions au cas par cas. L’Australie a d’ores et déjà décidé que les plantes à qui on avait ôté des gènes n’étaient pas des OGM mais que celles à qui on en avait inséré devraient rentrer dans cette catégorie. L’Union européenne doit produire un avis détaillé qu’opposants et partisans des OGM attendent depuis plusieurs mois. Enfin, en France, le sujet a provoqué un conflit au sein du Haut Conseil des Biotechnologies. Les représentants des associations de protection de l’environnement ont démissionné en bloc le 14 avril de cette instance pour protester contre un projet d’avis qui serait favorable aux nouvelles techniques d’hybridation sans avoir été discuté. Le débat est d’une importance capitale pour une grande partie de l’agro-industrie. Si les nouvelles techniques d’hybridation étaient en effet in fine considérées comme n’étant pas des modifications génétiques, elles échapperaient à la réglementation actuelle d’étiquetage et d’information des consommateurs sur les produits contenant des OGM.

Source : http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/agriculture/20160419.OBS8806/genetique-crispr-fait-son-entree-dans-le-monde-de-l-agriculture.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s