STOP AUX NOUVEAUX OGM CACHÉS !

Un 4 pages en supplément à Campagne Solidaires n°314 de la Confédération paysanne.

« Stop aux OGM cachés ! » (Livret_OGM_V3_web)

Publicités

Parce que je le veau bien…

Au moins de ce côté là, c’est clair :
Luc Chatel : Les Républicains doivent être le parti du principe d’innovation plus que du principe de précaution, le parti du gaz de schiste, des OGM, des biotechs

On peut le voir (ou pas) sur Public Sénat.
Le nouveau président du Conseil national des Républicains, Luc Chatel, est un ancien de démocratie libéral. Dimanche matin, il l’a rappelé à la tribune du Conseil national, à Paris. L’ancien ministre de l’Education a appelé son parti à vivre pleinement dans la mondialisation. « Pour être le parti du réveil, nous devons être le parti du réel », « nous devons être  le parti de la vie réelle » a-t-il lancé, au lendemain de son élection face à MAM.

Lorient. 70 militants anti-OGM devant le tribunal

http://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/lorient-70-faucheurs-volontaires-devant-le-tribunal-12-02-2016-10956293.php
*
Lorient. 70 militants anti-OGM devant le tribunal*
12 février 2016 à 12h26 Lorient.

Ce vendredi matin, à 11 h, quatre faucheurs volontaires étaient convoqués au tribunal de grande instance de Lorient pour une procédure de composition pénale. Ils sont poursuivis pour avoir marqué, en octobre dernier, avec de la peinture les palissades de l’entrée du port de Kergroise, toujours pour dénoncer le stockage de soja transgénique à Lorient. Pour les soutenir, 70 militants et citoyens du collectif anti-OGM se sont rassemblés devant les grilles du tribunal avec banderoles, drapeaux et pique-nique.

Plaidant responsable mais pas coupable et refusant la proposition du délégué du procureur de les condamner chacun à 300 euros d’amende, les quatre faucheurs vont probablement être poursuivis pour dégradation suite à ces graffitis faits au port de commerce. Une bonne nouvelle pour les anti-OGM qui veulent un procès pour réclamer l’étiquetage des produits OGM et un moratoire sur l’usage et l’importation des OGM.

© Le Télégramme – Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/lorient-70-faucheurs-volontaires-devant-le-tribunal-12-02-2016-10956293.php

Etiquetage OGM : un collectif citoyen dépose une plainte auprès de l’Union européenne

Article de actu-environnement.com

Le collectif citoyen « Consommateurs pas cobayes » a annoncé, mardi 9 février, le dépôt d’une plainte auprès de l’Etat français et de l’Union européenne pour non-respect de la réglementation en matière d’accès à l’information sur les OGM. Il réclame l’étiquetage obligatoire de tous les produits alimentaires issus d’animaux nourris avec des OGM.

 

Après le lancement d’une pétition ayant rassemblé plus de 240.000 signatures, le collectif entend rappeler aux autorités européennes et nationales, leurs obligations liées à la Convention d’Aarhus entrée en vigueur en 2002. De nombreux soutiens étaient présents, notamment l’avocate Corinne Lepage, la députée Brigitte Allain (écologistes) et le président de FNE, Denez L’Hostis.

Bernard Astruc, coordinateur national de cette initiative, se défend de toute vocation procédurière et refuse de relancer la polémique autour de l’impact réel des OGM sur la santé. Cette plainte, déposée auprès de la direction de la répression des fraudes et de la Commission européenne, demande l’application de l’article 5, alinéa 8, de la Convention d’Aarhus et donc l’obligation pour les Etats parties de mettre au point des mécanismes d’information visant à permettre aux consommateurs de « faire des choix écologiques en toute connaissance de cause« .

Bernard Astruc rappelle que la réglementation actuelle interdit la culture d’OGM en France mais pas leur importation. « Les OGM sont présents dans l’alimentation de neuf animaux sur dix sans que ceux-ci soient signalés aux consommateurs« , précise-t-il. « La législation européenne prévoit une marge de manœuvre pour les Etats membres qui peuvent appliquer un étiquetage aux produits contenants des OGM« , rappelle la députée Brigitte Allain. Le 16 janvier dernier, elle a obtenu l’adoption à l’unanimité, en première lecture à l’Assemblée nationale, de sa proposition de loi pour l’alimentation durable.

Christian Vélot, vice-président du Comité de recherche et d’informations indépendantes sur le génie génétique (Criigen), envisage la nécessité de réformer le statut juridique des OGM afin de prendre en compte l’apparition de toute nouvelle technologie visant la modification des gènes. Remplacer le critère de la « technique » par celui du « résultat » permettrait de prendre en compte les évolutions scientifiques à venir, assure le scientifique. Il rappelle notamment que la législation actuelle ne permet pas d’encadrer la culture d’organismes obtenus par mutagénèse. Des cultures de colzas et de tournesols mutés sont donc actuellement présentes en France sans avoir fait l’objet d’une déclaration préalable.

HAUT CONSEIL DES BIO TECHNOLOGIES « NOUVELLES TECHNIQUES » -­‐ « NEW PLANT BREEDING TECHNIQUES » Première étape de la réflexion du HCB

la « première étape de la réflexion » sur les NTGM est donc publique, déposée sans tambours ni trompettes, même pas annoncée comme une nouveauté :
http://www.hautconseildesbiotechnologies.fr/fr/avis/reflexion-sur-nouvelles-techniques-premiere-etape
certains journaux ont eu l’info avant les autres…. et l’avis du CS a droit a son encadré!

http://www.usinenouvelle.com/article/exclusif-ce-que-pense-le-haut-conseil-des-biotechnologies-des-techniques-de-l-apres-ogm.N377441#xtor=EPR-420

le lobby des industries biotech met la pression…

de Corporate Europe Observatory

*Péril sur la sécurité des aliments, l’environnement, et le choix
des consommateurs : le lobby des industries biotech met la pression
sur les décisionnaires afin qu’ils déréglementent une nouvelle
génération de techniques d’OGM préalablement à la décision que doit
prendre la Commission européenne en février.* Lire la suite